CRÉATION ACTIVITÉ

LE PORTAGE SALARIAL, pour travailler autrement…

Nouvelle forme d’emploi, le portage salarial est une relation contractuelle tripartite, dans laquelle un salarié (le porté), qui a un contrat de travail avec une entreprise de portage salarial, effectue une prestation pour le compte d’entreprises clientes.

Ce dispositif connait depuis quelques années, un succès grandissant.

Ce secteur est fortement encadré par la loi et la société de portage doit :

  • exercer de manière exclusive l’activité de portage salarial (seule une entreprise de portage salarial peut conclure des contrats de travail en portage salarial),
  • accepter uniquement des missions de services (communication, finance, ressources humaines…).

Le salarié  peut être toute personne justifiant d’un niveau d’expertise, de qualification et d’autonomie suffisant pour rechercher ses clients.

Il est rémunéré par l’entreprise de portage, en fonction, bien entendu de ses recettes, tout en étant autonome dans l’organisation de ses missions..

Il y a des incontournables. Le salarié porté doit :

  • démarcher l’entreprise cliente (il est responsable de l’apport de clientèle) et négocier le prix et la prestation,
  • fournir une prestation de service à l’entreprise cliente,
  • rendre compte de son activité à la société de portage qui émet son bulletin de paie.

Depuis de nombreuses années, l’ASSPRO, association d’intérêt général, travaille avec des sociétés de portage salarial dont elle conseille les services à ses membres.

 

LE TEMPS PARTAGÉ ...

Une  opportunité nouvelle pour travailler, une autre manière de recruter…

Ce sont le plus souvent les PME qui ont  besoin de compétences ‘’ponctuelles’’ plus particulièrement sur des profils ‘’experts’’. Ces besoins peuvent être  temporaires ou récurrents mais ne nécessitent pas forcément des embauches définitives à temps plein. Or, pouvoir accéder à ces savoir-faire et potentiels apporte aux PME un véritable avantage concurrentiel durable.

Comment accéder à ces compétences alors que le besoin ne permet pas d’occuper une personne expérimentée en CDI à temps plein et donc d’assurer une rémunération suffisante aux salariés ?

L’opportunité du travail à temps partagé.

Le travail à temps partagé permet de recruter des collaborateurs qui vont mettre leurs compétences à disposition de plusieurs entreprises. Grâce à ce procédé, ces entreprises peuvent s’offrir ces compétences ‘’à la carte’’, renforçant ainsi leur ressources humaines et accélérant leur développement.

Pour le salarié, l’avantage de partager ses compétences, son expérience et son savoir-être auprès de plusieurs types d’entreprises lui permet de retrouver plus facilement une activité durable et de capitaliser plus vite de l’expérience…

Les modalités d'exercice du travail à temps partagé

Le travail à temps partagé est une forme de pluriactivité qui recouvre plusieurs types de situations et donc des cadres juridiques différents.

Le principe est que le salarié cumule des temps partiels pour plusieurs entreprises en étant embauché:

directement par les différents employeurs (cumul de CDI à temps partiel ou de CDD)

ou

par une structure spécifique qui le mettra à disposition (groupement d’employeurs – entreprises de travail à temps partagé).

  • Le  groupement d’employeurs

L’entreprise peut également faire appel à un salarié à temps partiel proposé par un groupement d’employeurs.
Les groupements d’employeurs, créés par la loi du 25 juillet 1985, sont composés de plusieurs entreprises. Ces structures peuvent être constituées sous forme associative, ou sous forme de société coopérative (coopératives d’artisans, SCOP, coopératives en réseaux,…) . Elles ont  pour finalité de recruter des salariés pour les mettre à disposition de leurs entreprises adhérentes.
Le groupement se trouve alors l’employeur des salariés. Ces derniers sont donc liés au groupement par un contrat de travail.
Le groupement d’employeurs ne peut effectuer que des opérations à but non lucratif. Il vise à satisfaire les besoins en main-d’œuvre d’entreprises qui n’auraient pas la possibilité d’employer un salarié à temps plein durablement. Il favorise la stabilité des salariés dans leur emploi en leur offrant de travailler dans plusieurs entreprises regroupées sur un même territoire.
 

  • Les entreprises de travail à temps partagé

L’entreprise peut également faire appel à une entreprise de travail à temps partagé.
Depuis la loi n° 2005-882 du 2 août 2005, des entreprises de travail à temps partagé (ETTP) peuvent être créées dans le but exclusif de mettre à disposition d'entreprises clientes, du personnel qualifié qu'elles ne peuvent recruter elles-mêmes en raison de leur taille ou de leurs moyens. La mission du salarié ainsi mis à disposition peut être à temps plein ou à temps partiel.
Un contrat doit être signé, pour chaque mise à disposition, entre l'entreprise de travail en temps partagé et l'entreprise cliente, un contrat de travail étant par ailleurs signé entre le salarié mis à disposition et l'entreprise de travail à temps partagé.

Le salarié bénéficie d’un contrat à durée indéterminée. La rémunération versée au salarié mis à disposition ne peut être inférieure à celle d'un salarié de niveau de qualification identique ou équivalent occupant le même poste ou les mêmes fonctions dans l'entreprise bénéficiaire(cliente).
Toute entreprise de travail à temps partagé est tenue, à tout moment, de justifier d'une garantie financière assurant, en cas de défaillance de sa part, le paiement :
- des salaires et frais annexes ;
- des cotisations obligatoires dues aux organismes de sécurité sociale et aux institutions sociales.
Cette activité peut être aussi exercée par des entreprises de travail temporaire…

L’occasion pour les QUINQUAS+ d’être proactifs

Les QUINQUAS+ peuvent tirer avantage de cette opportunité d’emploi en aidant les entreprises à remplir leurs objectifs et en leur offrant des solutions immédiates, concrètes, et efficaces.

Les QUINQUAS+ en temps partagé sont intéressants pour :

Les entreprises qui optent pour l’objectif d’embauche de salariés de plus de 50 ans

Les entreprises qui – dans le cadre du maintien dans l’emploi de leurs salariés de 50ans et +

– veulent leur proposer une formule de travail à temps partagé.

 

Donc pour l’entreprise, prendre un Senior à temps partagé - ou garder un Senior dans sa structure, sont deux alternatives pertinentes.

-          Faciliter la mise en œuvre de son accord ou de son plan Senior

-          Bénéficier de la juste compétence, au juste temps et au juste coût.

 
Concernant les domaines d’actions prévus par la loi, tous sont applicables au temps partagé :

-          Recrutement des salariés âgés dans l'entreprise

Recruter à temps partagé c’est recruter plus efficace, plus adapté, plus rentable, moins cher et moins risqué.

-          Anticipation de l'évolution des carrières professionnelles

Le temps partagé est un outil d’anticipation de l’évolution des carrières (métiers en mutation ou en fin de vie, métiers émergents…)

-          Amélioration des conditions de travail et prévention des situations de pénibilité

Faire travailler ses salariés à temps partagé est une réponse efficace.

-          Développement des compétences et des qualifications et accès à la formation

Faire intervenir un expert en temps partagé, c’est  permettre le développement des compétences et des qualifications au plus près des besoins et dans un budget maîtrisé.

-          Aménagement des fins de carrière et de la transition entre activité et retraite

Le temps partagé est une réponse adaptée aux fins de carrière et transitions, en conservant l’expertise, et en évitant les coûts, les désorganisations et autres traumatismes d’un licenciement.

-          Transmission des savoirs et des compétences et développement du tutorat.

Le temps partagé est le vecteur idéal de la transmission des savoirs et du tutorat.

Pourquoi pas une CRÉATION D'ENTREPRISE ?

Pour cela : avoir les bons repères et accompagnements.

Les créations d’entreprises en 2016

La plus forte hausse depuis six ans, portée par les transports

" Félix Bonnetête et Nicolas Bignon, division Infrastructures et répertoire statistiques, Insee

En 2016, 554 000 entreprises ont été créées en France, soit 6 % de plus qu’en 2015. Les créations d’entreprises individuelles classiques et celles de sociétés augmentent fortement (+ 10 %). En revanche, les immatriculations de micro-entrepreneurs sont en léger recul (– 0,3 %). Avec un accroissement des créations de 56 % en 2016, le secteur « transports et entreposage » contribue pour près de la moitié à la hausse générale.

Tous types d’entreprises confondus, les créations progressent dans la quasi-totalité des régions. C’est notamment le cas en Île-de-France, où le succès du transport de voyageurs par taxi et celui des « autres activités de poste et de courrier » se confirment.

Hors micro-entrepreneurs, seules 7 % des entreprises sont employeuses à la création. Elles démarrent alors en moyenne avec 2,6 salariés.

Pour les créateurs individuels, l’âge moyen est de 37 ans. Il est seulement de 29 ans dans les transports et l’entreposage. La part des femmes créatrices se maintient à 40 %.

Dans le détail, ce sont: 188800 sociétés (+9.76%), 142400 entreprises (hors micro entrepreneurs) (+9.79%), 222800 micro entreprises (-0.27%)..." EXTRAIT ARTICLE issu de l'INSEE

En 2020, la moitié de ces entreprises auront cessé leur activité. Des échecs qui auraient pu être évités si le créateur avait un peu plus étudié son projet.

 Étudier son projet, rencontrer de futurs partenaires ou fournisseurs, étudier le comportement de ses clients, rencontrer des experts (chambre de commerce, experts comptables...); réaliser une étude de marché... prend du temps et peut coûter de l'argent. Mais cela peut faire économiser justement beaucoup de temps et d'argent une fois que l'on a créé. Tous ces démarches doivent être considérées comme un investissement.

Comment trouver une idée de création d'entreprise ?

<< Vous êtes profondément décidé(e) de vous lancer à votre propre compte, et parfois depuis votre enfance. Mais pour se lancer, mieux vaut avoir une idée, et si possible une bonne idée. Mais il n'est pas non plus nécessaire d'attendre l'idée du siècle, celle qui fera de vous un homme ou une femme illustre, dont le nom sera gravé dans le marbre et qui fera de vous un milliardaire.

Bien souvent, trouver une idée n'est pas chose facile et pourtant à la portée de tout le monde, du commun des mortels. La seule nécessité pour trouver une bonne idée est de se creuser les méninges.

Voici quelques unes des solutions pour trouver une idée de création d'entreprise :

  Ouvrez les yeux et tendez l'oreille : au quotidien, dans votre vie de tous les jours, chez vous, en société, vous aurez l'occasion de trouver de nombreuses idées de création d'entreprises. Toutes ne seront pas bonnes, mais certaines seront à étudier. Au quotidien, identifiez les problèmes ou gênes que vos proches, vos amis, ou vous-même rencontrez. Beaucoup d'idées de création naissent de ce type de constatation.
Il n'est pas facile de faire ses courses alimentaires en achetant des packs d'eau, ses pommes de terre et boites de conserve.... le caddy a été inventé.
Rester toute la journée au travail devant son ordinateur n'est pas bon pour le dos... différents sièges ont été mis au point, plus ergonomiques.
On ne sait plus où on a garé sa voiture... des applications pour téléphones ont été créées...

  Lisez la presse spécialisée, regardez les émissions de télévision qui traitent de l'économie, tenez-vous informé(e) des évolutions de notre société...

  Tenez-vous informé(e) de la législation et des nouvelles normes mises en place. Elles sont souvent source de changements dans nos habitudes. La loi interdisant de fumer dans les lieux publics a "boosté" la vente de parasols chauffants...

  Surfez sur Internet sur des sites étrangers de création d'entreprise. Certains produits ou services ont été lancés dans un autre pays, pourquoi ne pas les lancer en France. Ils ne sont pas adaptés au marché français ? Pourquoi ne pas les adapter vous-même ?


Dans tous les cas, ouvrez l’œil et tendez l'oreille, soyez émerveillé du monde qui vous entoure...>>

Cliquez sur l'image:

La VDI (Vente Directe Indépendante): Autre alternative …

Troisième mode distribution après la vente en magasin et la vente à distance ou par correspondance, la vente directe consiste à commercialiser un produit ou un service, directement auprès du particulier, principalement à son domicile mais aussi sur son lieu de travail ou dans tout espace qui n’est pas destiné au commerce…

Depuis 5 ans , ASSPRO ouvre ses salons à des partenaires de la VDI,

Objectif: faire connaître leur métier et développer leurs réseaux…

    Les avantages

  • Une activité qui s’adapte à votre vie

Le vendeur est entièrement libre dans l’organisation de son temps de travail et aucun quota de vente ne lui est imposé. Il adapte donc son activité en fonction de ses besoins personnels et ceux de ses clients.

  • La possibilité de devenir son propre patron

Attention cependant. Être son propre patron n’est pas facile tous les jours. Un bon VDI est quelqu’un qui sait faire preuve d’organisation et d’auto-motivation.

  • Une rémunération proportionnelle à votre implication

Les revenus d’un VDI dépendent beaucoup de l’énergie qu’il souhaite y consacrer. Ceux qui considèrent cette activité comme un simple complément de revenu toucheront une somme permettant d’arrondir leurs fins de mois. A temps plein, et après s’être construit un bon réseau, ses revenus peuvent être supérieurs, à ceux d’un salarié.

  • Ni diplôme ni expérience requis

Cette activité offre l’opportunité à toutes celles et ceux qui se sentent la fibre commerciale d’exercer une activité de vente dans un cadre protégé. Et cela, sans aucun pré-requis dans ce domaine.

    A savoir :

Exercer à temps plein et en faire sa principale activité ou, le VDI n’étant pas considéré comme un salarié, son activité peut tout à fait s’exercer en complément de revenu. Attention cependant, certaines professions comme agent public à temps plein, officier ministériel ou avocat ne permettent pas l’exercice de l’activité VDI.

ASSPRO depuis près de 5 ans travaille avec des représentants reconnus dans la Vente Directe dont elle conseille les services à ses membres.

            

LA FRANCHISE

De notre partenaire Cadremploi - Régis DELANOE -

Franchise : êtes-vous prêt à vous lancer ?

Les cadres sont de plus en plus tentés par l’entrepreneuriat et en particulier par la franchise. Si cette option est plus rassurante que la création d’entreprise indépendante, on ne se lance pas dans l’aventure à la légère. Cadremploi vous propose un dossier spécial pour vous aider dans votre réflexion et trouver la formule de franchise qui vous convient.

Quel budget pour ouvrir une franchise ? LIEN

Droits d’entrée, apport personnel, emprunt bancaire, fond de roulement, investissement global, aides éventuelles… Il n’est pas toujours facile de s’y retrouver au moment de savoir exactement quel budget prévoir pour devenir franchisé. Éclairage sur...

Quelles questions poser à un franchiseur pour choisir la bonne franchise ? LIEN

Tous les franchiseurs ne fonctionnent pas de la même façon. Pour les distinguer entre eux et repérer celui qui vous correspond, il est indispensable de leur demander un maximum d’informations. Zoom sur ces bonnes questions à poser avant de s’engager.

À quoi ressemble le quotidien d'un franchisé ? LIEN

Le franchisé est-il un chef d’entreprise comme un autre ? Comment organise-t-il ses journées de travail ? Quels sont les avantages de s’engager dans un réseau ? Tout ce qu’il faut savoir sur la façon dont travaille au quotidien un franchisé.

Évaluer votre salaire

test partenaire

Le baromètre des salaires  LIEN

Êtes-vous bien payé ? Découvrez dès maintenant à quelle rémunération vous pouvez prétendre grâce à notre baromètre. En indiquant votre fonction, votre secteur, votre région et votre profil, accédez aux statistiques sur les salaires déclarés par nos internautes et par les recruteurs. Calculez votre salaire.

OUTPLACEMENT

Qu'est ce que l'Outplacement ?

C'est une prestation de conseil réalisée par un professionnel des Ressources Humaines, dont l'objectif est de favoriser le retour rapide à un emploi correspondant aux compétences et expériences acquises par la personne. En général cette prestation est financée par l'entreprise qui procède à un licenciement individuel dans le cadre d'une négociation globale de départ avec le salarié licencié...

En savoir plus...

© 2017   Créé par ASSPRO, emploi des seniors.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Privacy Policy  |  Conditions d'utilisation